Un projet vidéo en classe de dépaysement

"Moteur, ça tourne !" à Han-sur-Lesse

Durant deux jours et demi, cowboys, spectres, danseuses de cabaret, et autres gangsters se sont côtoyés au centre du village de Han-sur-Lesse. À l’origine de cette rencontre improbable ? Une cinquantaine d’élèves de 5ème et 6ème primaire de l’Institut Sainte-Marie de la Fraternité de Schaerbeek ! Au programme de leur séjour : la réalisation de quatre courts-métrages. Avec l’aide d’animateurs d’ACMJ et de Média-Animation, nos acteurs et actrices d’un jour (ou deux) se sont lancés dans l’aventure d’un film muet, d’un Western, d’un film d’horreur et d’une comédie musicale. Un défi haut en couleur sur lequel reviennent animateurs et enseignants dans ce Making Of de classes vertes peu banales !

1. Des objectifs pour un projet inédit

Réaliser et tourner un film, c’est un défi ! Porter ce projet avec des enfants issus d’un milieu primo-arrivant et pour qui le français n’est pas la langue maternelle relève du challenge ! Au travers d’une activité pas comme les autres, les élèves de l’Institut Sainte-Marie de la Fraternité ont travaillé le français de manière ludique et développé des compétences de savoir parler sans même s’en rendre compte ! Regroupés autour d’un projet commun, cette expérience inédite était l’occasion rêvée pour créer de nouvelles rencontres entre les élèves.

2. Un scénario préparé de longue date

Écrire un film, cela ne s’improvise pas. Quelques semaines avant le début du tournage, les élèves ont découvert les synopsis des quatre films qui allaient être réalisés. À leur tour d’inventer les personnages, leur habillement, accessoires et traits de caractère pour les rendre plus vrais que nature ! L’occasion de répartir les élèves par groupes et de travailler de manière décloisonnée les quatre films programmés.

3. Un briefing indispensable pour un projet ambitieux

Avant de se lancer dans l’aventure du tournage, quelques préalables sont nécessaires. Une petite découverte des techniques de cadrage et du matériel de tournage s’impose. Quelques exercices techniques et répétitions théâtrales plus tard, les équipes étaient prêtes à tourner.

4. Organisation de l’équipe de tournage

Le tournage d’un film, c’est un travail d’équipe. Et pour qu’une équipe fonctionne à la perfection, il faut que chacun ait un rôle, une place bien définie. Et pour que tout le monde ait toujours quelque chose à faire sur le tournage, il faut trouver des astuces et s’adapter à toutes les situations. Pendant ces deux jours de tournage, il a fallu s’armer de patience et de créativité pour faire face aux petits couacs et autres imprévus !

5. Moteur, ça tourne !

Tout est prêt, les repérages ont été réalisés, les costumes et le matériel est branché, le tournage peut commencer. Le chrono est lancé, c’est la course contre la montre pour mettre toutes les images en boîte avant la fin du séjour ! Des conditions de tournage réelles pour un film qui le sera tout autant ! Les animateurs et les enseignants reviennent sur les difficultés et les astuces du tournage.

6. Et après ?

Une fois toutes les images en boîte, les animateurs repartent avec leurs caméras pour procéder au montage. Ils reviendront en classe quelques semaines plus tard avec le fruit de trois jours de dur labeur ! Un court-métrage avec des élèves, c’est aussi l’occasion d’organiser une projection en grande pompe, avec toute l’école, les parents et pourquoi pas même tout le quartier !

Ceci peut aussi vous intéresser...

Le pays de rêves

Début 2015, Fedasil Florennes et l’Athénée de Florennes décident de lancer un projet qui permettraient aux enfants de visiter le centre voisin (où résident certains de leurs amis), (...)