Hollywood lave plus blanc

Le cinéma est souvent le reflet de son temps. Il peut être à la fois xénophobe et multiculturel. Xénophobe version « hard » quand les pouvoirs totalitaires s’en emparent. Xénophobe beaucoup plus « soft » lorsqu’il lance ses Tarzan, James Bond et autres GI contre leurs ennemis noirs, arabes ou asiatiques. Mais heureusement, le cinéma, c’est aussi la dénonciation du racisme et la rencontre des cultures. Un espace où une société multiculturelle peut s’exprimer et s’épanouir. Le dossier “Hollywood lave plus blanc. Le cinéma entre racisme et multicuturalité” fait le point sur ces sujets en parcourant différents thèmes à travers l’histoire du cinéma.

Sommaire

- Un cinéma « étrangers non admis » ?
- Des champs de coton aux studios de cinéma
- L’amer indien
- Moi Tarzan, toi James !
- Le cinéma de propagande : un ascenceur pour les fachos
- Il a fallu du temps au cinéma gitan
- Grands écrans à cloche-pied sur les frontières
- Pas très beau, le légionnaire
- Tahar Ben Jelloun voit rouge
- filmographie

38 pages en deux couleur, format A4

Informations relatives à la commande via notre boutique

Egalement disponible sur Amazon.fr

Ceci peut aussi vous intéresser...

Quand le cinéma défait et refait le monde

De la sorte, il s’offre comme un observatoire privilégié des crises modernes et constitue un catalogue en perpétuelle évolution des problèmes contemporains. Sa popularité invite à (...)

Hollywood lave plus blanc

Sommaire Un cinéma « étrangers non admis » ? Des champs de coton aux studios de cinéma L’amer indien Moi Tarzan, toi James ! Le cinéma de propagande : un ascenceur pour (...)