« Affaire Trullemans » : un cas d’école pour comprendre Wikipédia

L’encyclopédie collaborative en ligne Wikipédia est un projet ambitieux qui voudrait mettre à disposition du monde entier, et dans un maximum de langues, l’ensemble du savoir contemporain. Entre autres choses, Wikipédia se refuse donc d’être un lieu de débats sur l’actualité. Mais les événements qui se déroulent au jour le jour deviennent immanquablement des faits avérés qui peuvent donner du sens et faire comprendre le monde d’aujourd’hui et ses diverses composantes que sont les gens, les institutions, les événements collectifs. Des critères d’admissibilité gèrent l’à propos de tout article. La neutralité de point de vue est de rigueur pour développer un contenu qui se voudra encyclopédique. Mais une guerre d’édition entre contributeurs est toujours possible. Ceux qui interviennent alors sont là pour calmer les ardeurs et ramener à la raison.

Du fait de la profession qu’il exerce, le météorologue de télévision, Luc Trullemans est un personnage public. A ce titre, et parce que dans ses fonctions, il a accumulé une expérience certaine qui l’a fait participer à des projets aéronautiques d’envergure, il figure parmi les personnalités qui rassemblent les caractéristiques nécessaires pour qu’un article en fasse la présentation. Ce n’est en effet pas tout personnage public qui peut prétendre à un article de présentation dans Wikipédia. Et les critères ont été définis collectivement [1] pour toute une série de profils, histoire de baliser le travail. C’est la raison pour laquelle un article est ouvert le 30 mars 2008 à 14h58 [2], à l’initiative d’un certain Vierzehn, dans la catégorie : météorologue. Cette version est porteuse d’un lien externe vers l’Aéroclub de France : Les hight flyers, et a reçu un bandeau signalant que cet article est à l’état d’ébauche concernant une personnalité belge dans les thématiques météorologie et climatologie. Quelques heures plus tard, le même auteur ajoute la catégorisation : Aérostation. Il précise aussi l’état d’ébauche en ajoutant le domaine du sport. La personnalité de Luc Trullemans ne fait en rien polémique pour l’heure. Le caractère admissible d’un article à son sujet n’est pas mis en question.

Douze modifications de complément vont être apportées avant les événements du 27 avril 2013 qui inaugureront le cas d’école que nous analyserons ici. Il est intéressant de remarquer que cette première période relativement calme voit se relayer toute la gamme des contributeurs-type : ceux qui sont référencés, les anonymes (reconnaissables seulement à leur adresse IP affichée dans l’historique) et même les robotiques (automates informatiques conçus pour apporter en série des modifications, d’harmonisation la plupart du temps). Si l’auteur initial n’est pas grand spécialiste de Luc Trullemans, il a néanmoins obéi aux injonctions premières de l’encyclopédie : «  N’ayez surtout pas peur de compléter un article, voire d’en créer un. Si besoin est, des éditeurs plus expérimentés pourront vous corriger et vous aider dans vos premiers pas [3] ». Très vite d’ailleurs, des utilisateurs plus aguerris inscrivent cet article encore orphelin dans plusieurs catégories, de sorte à l’imbriquer dans des thématiques : aéronautique, climatologie, sport… C’est un bon début. Reste aux contributeurs plus spécialisés dans ces matières à apporter des compléments d’information. Ainsi, dans la version du 11 juin 2011 : André Orban (Utilisateur décrit comme ingénieur civil chimiste de l’Université de Liège- passionné d’aviation) ajoute des renseignements sur le routage du premier vol international du Solar Impulse. Mais comme à l’accoutumée, des modifications sont aussi faites par des intervenants préoccupés par d’autres aspects, eux aussi qualitatifs : la correction syntaxique, grammaticale, orthographique de l’ouvrage en train de s’élaborer collectivement.

Fin de contrat

A ce stade de développement, on peut dire que l’article tarde à s’étoffer… On verra finalement qu’à la façon dont Cyrano de Bergerac l’exprime, « on aurait déjà pu dire bien d’autres choses, en somme ».

Or, voilà que le 26 avril 2013, un événement relevant de la vie privée de l’intéressé va connaître une médiatisation du fait des commentaires que Luc Trullemans va lui-même poster sur le mur de sa page Facebook. C’est cette publicité qui échauffe les esprits. C’est cela qui, dans un premier temps, justifie que l’employeur du météorologue, la chaîne de télévision RTL-TVi, décide de mettre fin au contrat qui les lie. Mais c’était sans compter sur la sympathie que l’homme dégage et la mobilisation impulsive d’une masse de personnes qui n’identifient pas comme « propos racistes et islamophobes » les interventions tenues par le météorologue belge.

Dans un premier temps, le 27 avril 2013 à 10h12, soit le lendemain du licenciement donc, alors que celui-ci a été communiqué dans les médias, Nanash, un Utilisateur muet (référencé mais ne disant rien de concret le concernant sur sa page de profil) acte le licenciement et son motif. La nouvelle, jugée sans doute dérangeante –bien que factuellement incontestable- est effacée par un internaute non référencé [4]. Le contributeur lésé ne reste pas sans réaction. Il rétablit son texte mais prend alors la peine de sourcer [5] ses propos. La chose est intéressante à noter, car c’est un des principes fondateurs [6] de l’encyclopédie : ce que l’on écrit doit être attesté par des sources externes et fiables lesquelles rendent le propos incontestable. Pour couper court à tout risque de répétition de l’effacement de son texte, Nanash appose également un bandeau qui attire l’attention du lecteur sur la nécessité de documenter précisément tout ajout au texte actuellement publié.

Contributeurs et vandales...

Comme cela se produit parfois, preuve que le système ouvert permet l’intervention de quiconque, un plaisantin vient vandaliser le texte. Cette pratique est –hélas- courante… mais c’est le prix à payer d’un système ouvert qui permettra de la même façon à tout qui veut qui ne serait pourtant pas un grand technicien ou un internaute ayant du temps abondant à consacrer, de faire toute correction qu’il jugerait utile pour l’amélioration du texte en cours de rédaction.

Comme c’est souvent le cas, le vandalisme ne subsiste que quelques heures.

Le 28 avril 2013, alors que les événements liés à l’actualité de L.T. commencent à être de plus en plus médiatisés, notamment à la télévision, à 14h00, une réinterprétation plus factuelle est tentée par un utilisateur référencé (QDK01 inscrit depuis 2007 et auteur de 225 articles et 13 modèles) et qui publie : « après avoir posté un message de colère envers les magrébins et les musulmans sur son profil Facebook suite à son agression par 4 personnes violentes d’origine magrébine ». La tentative de reformulation dans un souci de neutralité est un exercice difficile mais souvent nécessaire. Il est d’ailleurs une des caractéristiques principales d’un travail collectif : la nécessaire humilité de voir son propos retravaillé par autrui, si quelqu’un l’estime opportun.

C’est donc la mention initiale « des événements d’actualité » qui est modifiée. Nanash, l’auteur de la première heure, va défendre sa version. Il réagit très rapidement car il a sans aucun doute mis dans la liste de ses suivis l’article sur Luc Trullemans. C’est un avantage lié au fait de s’être référencé pour contribuer à l’encyclopédie. Les utilisateurs inscrits sont équipés d’une série d’outils de production (liste de suivis, liste de discussions en cours, préférences mais aussi accès direct à ses propres contributions). Mais ce n’est pas parce que l’on a été le premier à écrire une proposition que celle-ci a force de loi. C’est donc un patrouilleur [7] qui intervient pour amender, ce qui ne plait naturellement pas. On est proche de partir en conflit d’intérêt et Nanash appose un « Bandeau d’avertissement de niveau Grave » pour modifications successives inacceptables : « Cet article a été modifié plusieurs fois pour accueillir des commentaires et néologismes xénophobes ("ouacisme",...) et des faits non vérifiés à visée xénophobe (accusations gratuites et diffamatoires à l’égard de personnes d’origine étrangères ou musulmanes, négation des propos xénophobes documentés émanant de Luc Trullemans).  » Varmin qui visiblement suit maintenant la page, enlève ce bandeau dans l’instant. Le recours aux bandeaux d’avertissement constitue un procédé habile pour responsabiliser le lecteur. La lecture des sources fournies sur Internet (et pas uniquement dans l’encyclopédie) réclame du lecteur de faire preuve de réflexion critique. Ces appels à la vigilance et à la lecture critique sont dès lors judicieux.

Salebot, le robot

Le bandeau va être remis par Nanash, mais l’article gardera son caractère polémique et c’est donc un nouvel arbitrage qui va être nécessaire. Orikrin1998 (Utilisateur référencé depuis un peu plus d’un an, patrouilleur, créateur de 33 articles et comptant plus de 18.000 contributions à son actif) apporte un changement concernant les raisons du rétablissement du bandeau réorienté. Il fait le commentaire suivant : « Bandeau maladroit + à sourcer  ». On en revient aux principes fondateurs de la contribution de contenu : apporter les éléments permettant la vérification de la fiabilité des contenus publiés [8].

La modification du 28 avril 2013 à 17h11 est un bel exemple d’intervention manquée. L’allusion au limogeage de L. Trullemans est totalement supprimée pour motif d’atteinte à la vie privée. Il s’agit d’un avis émis par un utilisateur anonyme (IP 81.245.164.199). Cette modification est immédiatement défaite et immédiatement rétablie. La guerre d’édition qui démarre est alors neutralisée par un robot (Salebot [9]) qui soupçonne une annulation suspecte. Ceci explique comment toute une série de modifications sont nettoyées automatiquement parce que présentant toutes les caractéristiques de vandalisme. Salebot lit les modifications récentes, les analyse et envoie des alertes en temps réel pour les modifications suspectes. Il révoque lui-même les modifications qui lui semblent graves. Quitte à ce que son travail soit lui-même rétabli par un intervenant intelligent.. plus compétent.

C’est ce qui se passe, puisque QDK01, qui visiblement dispose de l’article dans sa liste de suivi, revient à 21h02 à son point de vue déjà exprimé à 14h00. Remarquons que son texte tente de prendre la défense de Luc Trullemans. De plus, sa justification manifeste un emportement dans le ton, ce qui n’est jamais bon. Il écrit : « C’est comme ça que ça s’est passé, alors que les gauchos bien-pensants arrêtent de venir dire qu’il a exprimé des propos incitant à la haine quand c’est lui la victime...  ». On imagine bien qu’à nouveau, cette expression teintée de subjectivité va être corrigée. Trois minutes plus tard, un « Bandeau de controverse de neutralité » est apposé par un utilisateur anonyme mais bien au fait de la procédure (IP 87.66.107.152), preuve que la communauté est vigilante et que les exigences de correction sont constamment rappelées aux contributeurs.

Excuses et discussion

Bien que nous soyons déjà à une heure avancée, une tentative de « Neutralisation » est proposée par Les3corbiers (Utilisateur référencé qui se présente comme étudiant français) : « À la suite d’une agression à Bruxelles le 24 avril 2013, il publie sur sa page Facebook, citation|une lettre à caractère raciste et islamophobe qui circulait déjà sur internet. Après la médiatisation de l’incident dans la presse, il a retiré son message et présenté ses excuses à la communauté musulmane ; il a été suspendu d’antenne par la radio RTL le 26 avril  ». Dans la foulée (22H46), sûr de lui, Les3corbiers supprime le bandeau de controverse et renvoie tout débat éventuel en page de discussion (PdD). La démarche est intéressante, car elle rappelle si nécessaire qu’il y a un espace de négociation entre contributeurs insatisfaits. Cette « PdD » est une opportunité qu’aucune encyclopédie papier n’est en mesure d’offrir.

Dans Wikipédia, on peut débattre avant de faire une contribution, ou revenir sur une proposition déjà publiée pour marquer son désaccord et motiver celui-ci. C’est une bonne procédure pour amener des nuances sans provoquer de remous inutiles lesquels sinon, débouchent souvent sur une guerre d’édition. Quand on a argumenté pour une reformulation de l’article pendant un certain temps, introduire celle-ci dans l’article avec le soutien du consensus obtenu tempère fort heureusement les réactions encore possibles.

Fin des observations : 28 avril 2013.

Michel BERHIN

Média Animation

Juin 2013

Ceci peut aussi vous intéresser...