Média Animation asbl

Vous êtes ici : Education permanente Études

Études

Facebook Twitter scoopit

Le jeu est-il un outil éducatif ?

Le jeu a cette faculté étonnante de susciter l’enthousiasme de ses pratiquants tout en les amenant à manifester des compétences et une inventivité tactique parfois impressionnantes. Quoi de plus naturel dès lors à ce que le jeu éveille l’intérêt des pédagogues et des communicateurs, parfois bien en difficulté lorsqu’il s’agit de déclencher l’intérêt des apprenants ou des publics.

L’étude de Média Animation de 2014 est consacrée au jeu vidéo : elle analyse ses ressorts ludiques, interroge son potentiel éducatif et explore les aspects par lequel il s’offre à une éducation aux médias dont il renouvelle certains fondements.

À l’heure de la domination insolente du jeu vidéo dans l’industrie et les pratiques culturelles, le jeu serait-il devenu la solution miracle pour mobiliser l’attention ? Les promoteurs du serious game, entre autres jeux à vocation utilitaire, y croient fermement. Cependant, le domaine du jeu ne se laisse pas aussi facilement capturer dans des démarches qui cherchent à le détourner au profit d’objectifs non ludiques. Pour mieux cerner les paramètres à prendre en compte, il faut revenir à ce qu’est le jeu et à ce en quoi consiste jouer. Les conditions qui encadrent cette inclinaison universelle permettent alors d’envisager de manière critique les dispositifs qui se réclament du jeu et qui, bien souvent, menacent de le vider de sa substance et donc d’échouer.

Télécharger l’étude 2014

Les jeux vidéo : un terrain fertile pour l’éducation aux médias

Si l’éducation formelle lorgne depuis longtemps sur le potentiel pédagogique du jeu, l’avènement du jeu vidéo comme mass-média ouvre un espace qui reste largement à conquérir pour l’éducation aux médias. Approcher l’environnement médiatique de manière critique pour se l’approprier a d’abord été une préoccupation adressée à l’univers de la télévision, de la presse, de la radio et du cinéma. Depuis les années 1990, le bouleversement provoqué par la communication numérique anime de fécondes réflexions qui mobilisent les catégories traditionnelles de l’éducation aux médias. Pourtant, média numérique le plus spécifique, le jeu vidéo semble parfois désorienter les spécialistes qui hésitent quant au bout médiatique par lequel il faut le prendre.

La faute sans doute à l’ambivalence de sa nature. Contrairement à une émission, un article ou un film, un jeu vidéo n’offre pas un contenu traditionnel en tant que tel. L’observation d’un jeu ne semble pas avoir beaucoup de sens sans ce qui fait son principe essentiel : l’activité d’un joueur. La distance entre émetteur et récepteur, classique dans la communication, s’en trouve totalement brouillée. Au point qu’on ne sait trop ce qu’il faut observer : le jeu ou la partie ? Le média ou le joueur ? Ce rapport qui semble fondamentalement individuel semble être considéré par beaucoup d’acteurs éducatifs comme difficile à surmonter. D’une part, si soit même on ne joue pas, comment en parler ? D’autre part, comment proposer à un groupe d’observer l’objet sans forcément avoir les moyens, matériels ou temporels, de les faire tous jouer ? Comment socialiser l’expérience individuelle dans un processus éducatif collectif ?

Les analyses qui se lisent en complément de ce dossier proposent des pistes de réflexion pour à la fois contourner ces obstacles et identifier les dimensions du jeu vidéo qui s’offrent à l’analyse critique en dehors du huis-clos caractéristique du jeu. Jeux vidéo : les effets sociaux d’une diffusion planétaire propose précisément de considérer le domaine vidéoludique à travers les effets sociaux dont il est la source et qui se manifestent notamment dans les médias traditionnels.

Les six thématiques de l’éducation aux médias et le jeu vidéo montre à l’aide de nombreux exemples que les outils classiques de l’analyse des médias s’appliquent aussi au jeu vidéo. A sa suite, Média Animation propose une déclinaison plus précise de ces thématiques à travers six analyses qui se veulent représentatives d’une éducation critique telle qu’elle pourrait être déclinée de bien d’autres manières encore.

Social Game : la rentabilité comme essence du jeu vidéo ? explore les mécanismes commerciaux des jeux qui animent nos smartphones et nos réseaux sociaux. Le mod est à vous : quand le jeu vidéo se co-construit avec les joueurs montre que loin d’être cantonné à une activité prévue par le logiciel, le public des joueurs manifeste régulièrement ses préférences en contribuant à enrichir les programmes de bouts de codes qui en modifient les paramètres ludiques. Jeu vidéo : un langage kinésique pratiqué par plus d’un milliard de personnes sur terre analyse le mode de communication particulier et quasiment universel qui se noue entre une machine et un joueur. Réalité virtuelle : je n’en crois pas mes « Oculus »… ! illustre l’impact des innovations technologiques sur l’histoire de ce média à l’aide de l’exemple des casques de réalité augmentée et des appétits qu’ils suscitent de la part de l’industrie. Les jeux de stratégie : comment gagner l’Histoire du point de vue de l’Occident interroge les représentations culturelles qui sont au principe d’une grande partie des jeux de stratégies. De la science-fiction à l’actualité nucléaire : l’imaginaire du désastre de S.T.A.L.K.E.R. s’intéresse à la notion de typologie pour montrer que le jeu vidéo participe à sa manière à la vie des genres fictionnels, comme la science-fiction, et qu’il peut approfondir leur potentiel politique.

Média Animation

Décembre 2014


Facebook Twitter scoopit

Cinéma et nature

La troisième partie de notre série "Nature - Environnement - Médias"

Après nos deux premières études publiées en 2011 et 2012 [1], nous publions la dernière partie « CINÉMA ET NATURE ». Ce troisième volet aborde la manière dont le cinéma part à la conquête des paysages, explore les fonctions narratives de la nature au cinéma et approfondit la question de l’écologie au cinéma.

Le cinéma est l’enfant de la Révolution industrielle. Flux d’images mis au service de l’imaginaire, il s’est d’abord ancré dans une culture occidentale largement articulée autour du progrès scientifique, technique et économique. Tout au long du 20e siècle et jusqu’à nos jours, son histoire témoigne de celle des mentalités comme l’illustre les rapports qu’elle entretient avec l’environnement. D’abord absent ou factice, l’environnement s’est lentement imposé dans les images selon qu’évoluaient les manières de le filmer et de le concevoir, laissant entrevoir une certaine idée de la nature et des rapports que les hommes entretiennent avec elle.

Représenter la nature au cinéma, c’est prendre plusieurs positions à son sujet. Le défi est d’abord technique : il s’agit d’élaborer ses images. Que veut-on montrer d’elle et comment s’y prendre ? Il est également conceptuel car les images doivent avoir un sens dans le récit du film. Dès lors, quelle est l’utilité de la nature dans le cinéma ? Quelle est sa fonction dramatique ? Il est enfin politique : qu’est-ce que le film dit d’elle lorsqu’elle devient un sujet à part entière ? Ce sont ces questions qu’explorent les trois parties de cette étude :

Télécharger le document

Télécharger le document

Télécharger le document

Illustration : la planète Pandora du film Avatar de James Cameron (2009)


Facebook Twitter scoopit

Madame, monsieur, bonsoir

Le JT, c’est le rendez-vous médiatique par excellence, l’actualité sur un plateau d’argent. Et pourtant, le JT suscite de nombreuses questions que notre nouveau dossier veut aborder : quels sont les rapports entre info et réalité ? Comment l’information est-elle sélectionnée ? Quelles représentations véhicule-t-elle ? Quel est le rôle du public dans la réception de l’information ? La deuxième partie de ce dossier analyse dix séquences du JT, fournies sur un DVD grâce à un partenariat avec la RTBF.

Ce nouveau dossier de Média Animation propose un questionnement sur le JT à travers deux versants, le média télévisuel et son public, et analyse concrètement dix séquences du JT de la RTBF

Télécharger l’étude

Les "coulisses" du JT

Ce dossier analyse donc d’une part la responsabilité « du média » JT dans l’information quotidienne : sa sélection, sa hiérarchisation et son traitement. Le monde ne se raconte pas de lui-même. C’est pourquoi cette étude propose un véritable périple dans les coulisses de l’information, partant du fait jusqu’à sa mise en forme et sa diffusion au grand public.

Le rôle du public

D’autre part, ce dossier propose d’examiner « la part de l’autre » : celle du spectateur. Lui, c’est le complice no 1 de l’information quotidienne. Il est important d’analyser ses attentes, son pouvoir d’interprétation et sa manière de réinvestir l’information télévisée.

Dix séquences analysées

Ce dossier est complété par l’analyse en profondeur de dix séquences du JT de la RTBF, grâce à partenariat avec la chaine publique et en s’appuyant sur les concepts énoncés ici.

MediaLog - « Madame, monsieur, bonsoir - Décoder l’information télévisée » from Média Animation on Vimeo.

Description - Commandes

« Madame, monsieur, bonsoir - Décoder l’information télévisée », Dossier de l’Éducation aux Médias – n° 7, 118 pages en couleurs, format A4, avec un DVD.

Prix : 18 € + 3,5 € de frais de port = 21,5 € (28 € pour l’Europe).

A commander à Média Animation Asbl par Tél : 00 32 (0)2 256 72 33 ou par mail : p.caronchia@media-animation.be


Facebook Twitter scoopit

Médias et Environnement (2/3)

Info et pub plus verts que nature

Deuxième volet du cycle de trois études consacrés au rapport "médias / nature / environnement", cette étude prose deux approches.

Trois études

En 2011, la première publiée était consacrée à « NATURE ET ENVIRONNEMENT – MÉDIAS ÉDUCATIFS ET SENSIBILISATION ».

En 2012, l’étude que nous publions est centrée sur « MÉDIAS ET ENVIRONNEMENT : INFO ET PUB PLUS VERTS QUE NATURE ? ». Cette étude propose une réflexion sur le « dérèglement » médiatique lié aux questions de l’environnement, ainsi que sur la manière dont la publicité exploite « le filon vert ».

Enfin, en 2013, nous publierons une étude « CINÉMA ET NATURE », qui abordera la manière dont le cinéma part à la conquête des paysages, qui explorera les fonctions narratives de la nature au cinéma et approfondira la question de l’écologie au cinéma.

Dérèglement médiatique

Environnement, nature, déchets, pollution, changements ou dérèglements climatiques, écologie politique, écosystèmes, développement durable, biodiversité, … les termes qui définissent les systèmes du vivant ou en découlent font souvent la Une ou l’affiche des médias d’information. Certains éléments de la lexicologie environnementale paraissent même de création relativement récente, du moins à l’échelle du dictionnaire. La prolifération terminologique mène à poser la question : pour les médias, qu’est-ce que l’environnement ? Et ensuite, comment les intègrent-ils dans leur ligne éditoriale ?

Le biais vert

Tous les coups (de pub) sont dans la nature... Dans la publicité d’aujourd’hui, la couleur dominante, c’est le vert. Les entreprises sont-elles devenues ouvertement verto-vertueuses au point de faire passer les préoccupations environnementales avant leur propre profit ? Ou bien, se contentent-elle de capitaliser sur une préoccupation majeure de notre temps ?

L’étude 2012


Facebook Twitter scoopit

Nature et Environnement (1/3)

Médias éducatifs et sensibilisation

Que d’images vertes, douces, harmonieuses, reposantes, … ne consommons-nous pas chaque jour par médias interposés ! Mais ce vert a aussi son revers...la nature peut aussi se faire violente, dévastatrice, redoutable et tueuse… lorsqu’elle se déchaîne.

Cette première étude de Média Animation (sur trois à paraître - voir ci-dessous) décode la façon dont les médias dits "éducatifs ou de sensibilisation" traitent de l’environnement et de la nature.

La nature se vend et se répand. Ces deux faces de la nature se déclinent indistinctement à la une des médias d’information. Même si parfois le sentiment catastrophiste l’emporte par faits divers interposés, les médias développent toutefois des pages spéciales ou des émissions thématiques, où se mêlent parfois - pèle mêle - réelle découverte, goût du risque, voire néo-colonialisme touristique … Dans un genre particulier, les documentaires méritent eux-aussi un détour bien naturel… avec leurs émissions fétiches et leurs héros de la cause.

Objet d’information et de divertissement, le couple nature / environnement est aussi un objet fort prisé dans le monde de la publicité. Il suffit de parcourir les p(l)ages publicitaires des quotidiens ou des magazines, ou des médias audio-visuels, pour s’en rendre compte. La force évocatrice de la nature ou de l’environnement sont exploités tous azimuts. Le consommateur n’a plus à rougir de sa consommation, puisque tout est vert… Les publicitaires et les industriels ont élevé le greenwashing au rang de propagande verte, tentant de faire oublier les dégâts écologiques d’une surconsommation mondiale qui épuise les ressources naturelles.

Trois études

Dans cette course effrénée après un environnement toujours plus propre et plus proche et après une nature plus pure et plus protégée ( ?), que les médias nous (re)présentent, il nous paraissait utile de ralentir le pas et de prendre le temps de faire le point, pour décoder et comprendre les mécanismes médiatiques à l’œuvre dans ce rapport « médias et nature ».

Sur ces questions, nous publierons trois études étalées sur trois années.

En 2011, la première concernera « NATURE ET ENVIRONNEMENT – MÉDIAS ÉDUCATIFS ET SENSIBILISATION ». (Voir ci-dessous)

En 2012, l’étude « MÉDIAS ET ENVIRONNEMENT : INFO ET PUB PLUS VERTS QUE NATURE ? » proposera une réflexion sur le « dérèglement » médiatique lié aux questions de l’environnement, ainsi que sur la manière dont la publicité exploite le filon vert.

Enfin, en 2013, nous publierons une étude « CINÉMA ET NATURE », qui abordera la manière dont le cinéma part à la conquête des paysages, qui explorera les fonctions narratives de la nature au cinéma et approfondira la question de l’écologie au cinéma.

L’étude 2011 - Médias éducatifs et sensibilisation

Cette première étude propose deux approches :
- une approche sur l’éducation à l’environnement et la place des médias ;
- une approche sur les documentaires qui explorent le monde.

Une étude de 32 pages, téléchargeable ci-dessous.


Facebook Twitter scoopit

Médias sans Frontières

Productions et consommations médiatiques dans une société multiculturelle

Le 6ème numéro de la collection "LES DOSSIERS DE L’ÉDUCATION AUX MÉDIAS" vient de paraître. Un dossier en trois parties pour analyser et comprendre les rapports étroits entre consommations médiatiques et multiculturalité.

Le contenu

Les phénomènes migratoires et la globalisation produisent une multiculturalité de plus en plus sensible au sein des sociétés. Parallèlement, les nouvelles technologies de la communication permettent une circulation presque sans limites des informations et des produits culturels. Dès lors, à défaut d’une homogénéité territoriale des cultures, les médias pourraient-ils être les nouveaux espaces autonomes des différentes communautés qui peuplent de mêmes lieux ? Ou, au contraire, ne connaissant plus les frontières, les médias deviendraient-ils les vecteurs privilégiés d’une interculturalité qui ferait mentir les prophéties communautaristes ?

Pour l’éducation aux médias, ces deux hypothèses posent un défi pratique : si les publics sont hétérogènes, comment produire un accompagnement qui parle à tous ? Faut-il travailler sur des spécificités culturelles ?

Ce « DOSSIER DE L’ÉDUCATION AUX MÉDIAS » propose des pistes de réponse, ou a tout le moins de réflexion, en examinant la multiculturalité de l’environnement médiatique et du rapport qu’entretiennent avec lui les populations de la diversité culturelle.

JPEG

Première partie : Les jeunes, leur diversité et les médias

Résultats d’une enquête menée auprès de 400 jeunes de 13 à 20 ans en Communauté française sur leur consommation médiatique et le rapport avec leur origine (multi)culturelle. Que consomment-ils ? Qu’aiment-ils ? Quels rapports entretiennent-ils avec leur entourage au sujet des médias ? Cette étude explore leurs comportements face aux médias en les mettant en perspective avec un indice important de leur identité culturelle : les langues qu’ils parlent. La diversité qui les caractérise se vérifie-t-elle dans leurs pratiques médiatiques ?

Télécharger le chapitre 1 :

Deuxième partie : Télévision sans frontières

Cette partie du dossier examine les contenus des télévisions du monde. Les programmes reflètent-ils la diversité des aires culturelles de la planète ? Regarde-t-on des choses différentes lorsque l’on est spectateur sud-américain, africain, européen, asiatique,… A l’heure où les bouquets numériques et les chaines satellitaires sont accessibles à tous et partout, faudrait-il en déduire les spectateurs diffèrent en fonction du type de chaînes ou de programmes qu’ils consomment ? Articles : • Télé-réalité : la télé-caméléon ? • Les JT : une grand-messe au schéma universel ? • Face à lʼinformation, la diversité des opinions Gaza 2009 • Séries et télénovelas, la télé « We are the world » ?

Télécharger le chapitre 2 :

Troisième partie : De la diversité dans les médias : un patchwork chamarré...

Enfin, le dossier examine la présence dans les médias des communautés d’origine allochtone en Belgique francophone. Comment sont-elles représentées dans les médias traditionnels ? Quels espaces y occupent-elles ? Quels sont les médias spécifiques qui en sont issus (médias de la diversité ou médias ethniques ) ? Bref, la diversité culturelle est-elle visible et active dans l’espace médiatique francophone belge ? Articles : • La diversité dans les médias : mon écran colorisé • Les médias sur la diversité : les fictions remplacent la réalité • Les médias de la diversité : canaux d’émancipation ou ilots identitaires ?

Télécharger le chapitre 3  :

Description - Commandes

Dossier de l’Éducation aux Médias – N° 6 « Médias sans frontières - Productions et consommations médiatiques dans une société multiculturelle » 80 pages en couleurs, format A4.

Prix : 12 € + 3 € de frais de port = 15 € (20 € pour l’Europe).

A commander à Média Animation Asbl par Tél : 00 32 (0)2 256 72 33 ou par mail : p.caronchia@media-animation.be


Facebook Twitter scoopit

La réalité si je mens

Analyse critique de la télé-réalité

Le 5ème numéro de la Collection "Les Dossiers de l’Éducation aux Médias" vient de paraître. 10 ans après son apparition en Europe , le phénomène de la télé-réalité est décortiqué...

Depuis son apparition en Europe en 1999, la télé-réalité n’a cessé d’évoluer et de se diversifier. Depuis le fameux Big Brother, inauguré par des Hollandais, ce genre télévisuel est devenu un véritable phénomène de société. Son succès, la télé-réalité le doit sans doute à sa recette : elle laisse miroiter la possible diffusion du réel à la télévision.

JPEG Ce « Dossier de l’Éducation aux Médias » tente d’analyser ce phénomène télévisuel sous différentes approches : articles tantôt explicatifs, tantôt analytiques, ainsi qu’observations détaillées de plusieurs émissions représentatives.

Sommaire

Première partie : Les ingrédients qui font recette
Deuxième partie : Un genre aux multiples facettes
Troisième partie : Cinq émissions sous les projecteurs : Koh-Lanta, Next, Pékin Express, Star Academy, Tout pour plaire.

Grille de quelques émissions de télé-réalité qui marquent - ou ont marqué - l’histoire

Dossier de l’Éducation aux Médias – N° 5 « La réalité si je mens – Analyse critique de la télé-réalité » 120 pages en couleurs, format A4.

Prix : 12 € + 3 € de frais de port = 15 € (20 € pour l’Europe).

A commander à Média Animation Asbl par Tél : 00 32 (0)2 256 72 33 ou par mail : p.caronchia@media-animation.be


Facebook Twitter scoopit

Mediappro

logo Mediappro {GIF} Mediappro est une enquête internationale centrée sur l’appropriation des nouvelles technologies de l’information et de la communication par les jeunes de 12 à 18 ans. Soutenue par la Commission européenne, elle se déroule dans 9 pays européens.

Les résulats de l’enquête internationale sont accessibles sur le site de Mediappro

Les résultats de l’enquête belge et des éléments de mise en perspective peuvent être téléchargés ci-dessous sous format .pdf :

- Synthèse introductive : un survol rapide des résultats obtenus
- Contexte et méthodologie de l’enquête : une présentation de la méthode utilisée et des intervenants impliqués lors de la récolte des données.
- Mediappro : une enquête qui s’inscrit dans une histoire : une mise en perspective de l’enquête au regard des études antérieures et de ses origines québécoises.
- Les résultats : un passage en revue détaillé des résultats obtenus en Belgique par Mediappro.
- La Belgique : dans le peloton européen : une comparaison des résultats belges avec ceux obtenus dans les autres pays européens participants à l’enquête.
- Identité et sociabilité : une analyse des résultats sous l’angle des rapports entre les nouveaux moyens de communication et les pratiques sociales des jeunes.
- Remerciements : tous ceux sans qui cette enquête n’aurait pas été possible.


Facebook Twitter scoopit

Internet c’est vous

Les nouvelles pratiques de l’Internet social

JPEG En quelques années, les modes de communication ont été bouleversés. L’ordinateur domestique devint le centre multimédia indispensable, tandis qu’Internet suscita les fantasmes futuristes les plus délirants ou les craintes les plus excessives. Une décennie plus tard, le concept du Web 2.0 —largement relayé par des entreprises désireuses de charmer des investisseurs échaudés par l’effondrement boursier de 2000— et de nouveaux mots apparaissent : blog, Wikipédia, Meetic, Myspace, YouTube… Le second âge de la Toile envahit médias, conversations et préoccupations...

Au sommaire de ce numéro :

Première partie : Web 2.0 l’auberge numérique
- MySpace, hauts les profils
- Célibataires de tous les pays, connectez-vous
- YouTube, à clips-larigot
- L’eBay des requins et des petits riens
- Wikipedia : collaborer à ce projet...encyclopédique ?
- La guerre des gros
- Surfe tout droit

Deuxième partie : Je blogue donc je suis
- Big bang blog
- Les adultes aussi font des bogs...sans bug
- Quoi mon blog ? Qu’est-ce qu’il a mon blog ?
- SkyblogStar, e-toile éphémère
- La parole aux acteurs : interview de Cri, adulte blogueur
- Syndication , RSS ? Je te "fil-e l’info"...en continu"

94 pages en couleurs, format A4
Prix : 12 € + 2 € de frais de port = 14 € (20 € pour l’Europe)


Facebook Twitter scoopit

Les publicitaires savent pourquoi

JPEG Deux nouvelles tendances marquent les relations entre les jeunes et l’alcool : un rajeunissement de la consommation et l’augmentation du "binge drinking" qui consiste à boire beaucoup en peu de temps pour atteindre l’ivresse. Les stratégies marketing et publicitaires des alcooliers ne sont pas pour rien dans cette évolution. C’est pourquoi ce dossier veut les mettre en lumière et d’aiguiser le regard critique des jeunes consommateurs.

Sommaire

- La publicité : un coktail aux mille recettes
- Le marketing nous tourne-t-il en barrique ?
- L’alcool a bonne presse
- Y a-t-il des enfants dans la salle ?
- Ricard nous ensoleille
- Sobres, les sites web des alcooliers ?
- Et glou, et glou et blog
- Quand la prévention part en campagne
- Quelques campagnes à la loupe
- Leur savoir s’autorégule-t-il avec sagesse ?
- La publicité pour l’alcool en Communauté française

50 pages en couleurs, format A4
Prix : 8 € + 2 € de frais de port = 10 € (14 € pour l’Europe)


Facebook Twitter scoopit

Hollywood lave plus blanc

couverture de Hollywood lave plus blanc {JPEG} Le cinéma est souvent le reflet de son temps. Il peut être à la fois xénophobe et multiculturel. Xénophobe version « hard » quand les pouvoirs totalitaires s’en emparent. Xénophobe beaucoup plus « soft » lorsqu’il lance ses Tarzan, James Bond et autres GI contre leurs ennemis noirs, arabes ou asiatiques. Mais heureusement, le cinéma, c’est aussi la dénonciation du racisme et la rencontre des cultures. Un espace où une société multiculturelle peut s’exprimer et s’épanouir. Le dossier “Hollywood lave plus blanc. Le cinéma entre racisme et multicuturalité” fait le point sur ces sujets en parcourant différents thèmes à travers l’histoire du cinéma.

Sommaire

- Un cinéma « étrangers non admis » ?
- Des champs de coton aux studios de cinéma
- L’amer indien
- Moi Tarzan, toi James !
- Le cinéma de propagande : un ascenceur pour les fachos
- Il a fallu du temps au cinéma gitan
- Grands écrans à cloche-pied sur les frontières
- Pas très beau, le légionnaire
- Tahar Ben Jelloun voit rouge
- filmographie

38 pages en deux couleur, format A4 Prix : 8 € + 2 € de frais de port = 10 € (14 € pour l’Europe)


Facebook Twitter scoopit

Grilles sur le gril

JPEG Les images défilent en masse sur nos petits écrans. Elles font l’objet d’une programmation soigneusement élaborées par les chaînes télévisées. Le dossier “Grilles sur le gril. La programmation télé passée au crible” décortique l’offre télévisuelle et interviewe les responsables des chaînes de la Communauté française de Belgique. Un outil pour ne plus zapper idiot.



Sommaire

La programmation, un art ou un bazar ?

A chacun sa recette
De l’artisanat à la culture industrielle
Les programmes cadenassés dans les grilles
Demandez le programme
Quand les chaînes jouent à case-case
Loi de l’offre, loi de la demande

Paroles de programmateurs

RTL à tire d’aile
RTBF : privé et public sont sur un bateau
Be TV, c’est le bouquet
AB ne cède pas

Audience, audience, qui est la plus belle ?

Quand l’audience goûte la différence
Souriez, vous êtes télémesurés
Parole aux téléspectateurs
Pour aller plus loin

48 pages en couleur, format A4
Prix : 8 € + 2 € de frais de port = 10 € (14 € pour l’Europe)

 
© Copyright Média Animation 2006-2011 | Mentions légales | Ce site respecte les standards du web CSS et XHTML 1.0
Avec le soutien de